Arrête de te justifier et de t’excuser tout le temps

Arrête de te justifier et de t’excuser tout le temps avant même qu’on te dise quoi que ce soit. Juste arrête.

Tu vis dans ta tête quand tu fais ça. T’as remarqué que les nanas s’excusaient presque tout le temps en sortant des toilettes et les mecs quasi jamais ? Tu crois que c’est un hasard ? De quoi est-ce que tu t’excuses en faisant ça ? De gêner, d’exister, de prendre de la place ? Arrête de t’excuser tout le temps, à moins d’avoir fait une grave connerie que tu regrettes vraiment. Tu te fatigues pour rien.

Le pire, ce sont les excuses qui viennent avec des justifications, ou quand tu reviens sur ce que tu as dit. Tu repeins la clôture devant l’autre en faisant ça. Assume ce que tu as dit une fois que c’est dit, point. Si l’autre comprend pas, ça le regarde, il a le droit de réagir comme il veut.

Y a des gens qui vrillent en voyant mes photos de Shibari, parce que ça vient toucher les croyances de leur cerveau liées à l’image de la femme, et que ça leur semble à l’opposé de ce que je raconte à côté. Moi ça me fait marrer, parce que je sais très bien à quoi ça renvoie inconsciemment quand tu regardes cette pratique de loin. Est-ce que je vais passer mes journées à me justifier, me défendre, m’excuser, rager d’être incomprise ? Non.

Tu pourras jamais avoir de contrôle sur la manière dont ce que tu dis ou fais est perçu en face, alors détend-toi du bassin. Assumer ce que tu dis, c’est pas peser ses mots 107 ans et chercher la formulation parfaite, c’est être ok avec le fait que ça ne soit pas forcément compris.

Si tu veux communiquer ton message, tu vas devoir passer par cette phase-là : assumer.

Sans ça, les trois autres options qu’il te reste, ça sera :

  • freezer de paralysie par peur du jugement et ne rien dire : faire couler ta boîte par défaut de communication, parce que tu seras restée dans ta tête à tourner en boucle les scénarios de l’horreur sans jamais les confronter à la réalité : c’est triste
  • ne dire que des trucs lisses et mignons pour ne pas risquer de faire de vagues : ça va peut-être faire illusion au début, mais tu vas vite te faire abuser par tes clients et ta communauté et si, par chance, ça n’arrive pas, tu vas quand même te faire incroyablement CHIER
  • dire ce que tu penses et revenir dessus en expliquant aux autres ce qu’ils auraient du comprendre : alors là c’est le jackpot, tu signes pour te faire lyncher par ta communauté et tes clients. Regarde ce qui arrive aux grandes marques qui assument pas les conneries qu’elles ont dites en public…

Tu vas pas passer ta vie à t’auto-fliquer sur les mots employés, les interprétations possibles, l’infinité de règles et formules de politesse sociale à prendre en compte, ni te former à la communication non violente pour te bullshiter avec, sans comprendre pourquoi les gens t’agressent en face (ben ouais, t’es en train de les agresser tout en étant extrêmement condescendant avec eux).

Faire ça, ça revient à une seule chose : lisser ton langage jusqu’à ne plus oser dire merde – ni respirer parce que ça fait du bruit – et t’assurer un aller-simple express pour la tombe, pour cause de constipationnite aigüe. Et entre nous, je suis à peu près sûre que tu rêves pas que ça devienne ton épitaphe.

Laisse tomber les méthodes, les stratégies, le langage non verbal, la CNV et tout le bordel.
Concentre-toi sur une seule chose : assumer ce que tu dis. Le reste se mettra en place tout seul.

*

Et toi, as-tu des exemples de fois où tu t’es rendue compte que tu te justifiais ou t’excusais pour rien ? Des exemples où, au contraire, tu es parvenue à assumer ? Est-ce qu’il y a des domaines dans lesquels c’est facile pour toi d’assumer et d’autres plus difficile ? Partage ton expérience dans les commentaires. Tu penses que cet article peut intéresser quelqu’un ? N’hésite pas à le lui partager 😉