Ce qui doit mourir sera détruit avant de pouvoir replanter

Je ne sais pas pour toi, mais me concernant le mois de novembre a été des plus chaotiques !

L’énergie de ce mois, profonde et transformative, s’est déversée comme une lame de fond sur tous les aspects de ma vie, mettant à jour tout ce qui n’était pas aligné avec ce que je suis.

J’ai tenté de résister dans certains domaines (pour plaire, me sentir aimée, conserver une certaine image de moi-même) et j’en ai bien bavé, jusqu’à me coincer le dos et devoir aller consulter une ostéopathe. Hey ouais on a beau sentir ce qu’il est nécessaire de faire, parfois on flippe et on essaie de temporiser, mais l’énergie déjà engagée est en train de sortir et il n’est plus temps de faire marche arrière ou de rester figée. Ce qui doit mourir sera détruit avant de pouvoir replanter.

Durant ce mois, je n’ai pas écrit sur Lou des Steppes, attendant que la vague termine de passer pour faire le ménage derrière. J’ai néanmoins été présente, en souterrain, pour celles qui m’ont contacté (et vous avez été étonnamment nombreuses).

Alors, qu’est-ce qui a changé / qu’est-ce qui va changer ?

Mon entourage amical

Ceux qui n’ont pas été présents pour moi et se sont permis de juger négativement ma manière de vivre sont sortis de ma vie. J’hésitais à le faire depuis quelques temps, parce que je comprenais leurs raisons de par leur vécu, mais à un moment, quand tu en viens à perdre ton téléphone et ton chargeur d’ordi (= couper toute communication) parce que tu crains de dire les choses, c’est qu’il est temps de couper les ponts. Les actes manqués ça coûte cher, et pas seulement en temps et en énergie. Depuis, des personnes avec qui j’étais déjà en contact se sont rapprochées et m’ont apporté le soutien dont j’avais besoin pour repartir. Quand on fait du vide, il y a de la place pour de nouvelles personnes. Je suis honorée de compter ces personnes dans mon entourage amical et de sentir que nous nous inspirons mutuellement pour avancer.

Mes relations familiales

Elles se sont grandement améliorées avec les derniers évènements, dont la naissance de mon neveu (première fois de ma vie que je tenais un bébé dans les bras). Je sens que, les vieilles blessures écoutées et le cœur réouvert, nos liens se renforcent naturellement dans l’amour et le respect des uns des autres. J’observe avec joie les nouvelles graines qui ont été plantées en chacun et, avec les fêtes qui approchent, ce sera un bonheur de les retrouver.

Ma santé

Après un trimestre passé à travailler et à foncer (pas tout à fait dans la bonne direction, mais c’est en expérimentant qu’on avance, même et surtout en se plantant), j’avais besoin de revenir à moi, chez moi, reprendre le temps de cuisiner, manger plus régulièrement, faire de longues promenades quotidiennes, me reposer et me soigner. L’automne est fait pour ça. J’ai un long historique à ne pas vouloir montrer mes faiblesses qui parfois m’emmène jusqu’à la blessure physique avant d’arrêter (connerie de fierté). Pas pour rien que j’ai écrit cet article “Déposer les armes, la quête de la guerrière“.

Comme toujours quand c’est fluide, les bons contacts de thérapeutes sont venus à moi, les rendez-vous ont pu être posés rapidement grâce à des désistements opportuns et les soins m’ont fait un bien fou. Je ne me souviens même plus la dernière fois que je me suis sentie aussi légère et soulagée, c’est te dire. D’ailleurs si tu es sur Lyon et cherches une ostéopathe-kinésiologue-médium compétente, envoie-moi un message et je te donnerai son contact avec joie, cette femme lit dans le corps comme un livre ouvert. Elle ciblera précisément où (sur le corps), quand (à quel âge), quoi (quel évènement) et sur quel plan (émotionnel, mental, spirituel) ça se trouve, et t’aidera à débloquer tes souffrances avec douceur et fluidité.

Ma créativité

J’ai repris goût à aller voir des expositions artistiques, des lectures de textes dans un café et je me suis remise à faire des collages et dessiner pour le plaisir. Certaines figures demandaient à sortir et j’ai été surprise de voir qu’en plus de ne pas trop avoir perdu la main (cela faisait de nombreuses années que je n’avais pas dessiné), mes images, bien que porteuses d’une énergie sombre, mystérieuse, n’en n’étaient pas moins lumineuses pour autant. Elles semblaient porter les deux en elles, comme mes textes. Je ne sais pas encore ce que j’en ferai, et s’il y en a d’autres qui sortiront (j’espère), mais je les verrai bien sur des cartes, comme un tarot ou un oracle. A voir… Je remarque qu’elles sont aussi, comme mes textes, remplies de symboles, d’archétypes, d’histoires. Et que peut-être, elles expriment plus librement une part de moi que je n’ose pas encore pleinement assumer dans mes mots ou mes actes : la part spirituelle associée à la part matérielle/sexuelle.

C’est que vois-tu, je ne m’entends pas très bien avec les personnes à fond dans le monde spirituel ou à fond dans le matériel/sexuel, qui se méprisent et ne se comprennent pas l’une et l’autre. A cause de cela, j’ai longtemps partitionné mon entourage, je n’ai pas osé trop remettre en question les points de vue de ces personnes-là, parce que je ne savais pas moi-même où je me situais dans tout ça, et elles semblaient si sûres d’elles-mêmes que je ne me sentais pas tout à fait à ma place ici ou là. Mais je commence à comprendre que mon rôle, c’est aussi d’alchimiser les deux (en moi) et de proposer une nouvelle vision au monde. Jouer avec les codes, les croyances et les symboles qui m’entourent pour composer une autre histoire. Créer des connexions là où elles manquent et qui souffrent d’être séparées. Rassembler les fragments éparpillés en nous pour révéler la beauté de l’ensemble.

Ma manière de me déplacer

En visite chez mon père, dans la nuit, son chauffe-eau s’est mis à cramer. Il y a eu un début d’incendie et une grosse inondation dans l’appartement, heureusement nous nous sommes réveillés à temps pour empêcher la situation d’empirer. – Je t’ai dit que le mois de novembre avait été chaotique ! C’est à cette occasion que je me suis fait mal au dos, en glissant et chutant dans l’eau (j’ai connu des réveils plus doux). Toutes mes affaires posées au sol dans la chambre ont été miraculeusement épargnées, mais ce qui se trouvait dans le placard du chauffe-eau a pris cher. De quoi s’agissait-il ? Mon manteau, une écharpe et ma paire de chaussures quotidienne (non je n’ai pas 45 paires, une d’été, une d’hiver et une de sport, c’est tout), cette dernière ayant perdu toute imperméabilité. Je me suis donc retrouvée… sans protection aucune pour affronter l’extérieur. Ahah ! Je suis sûre que toi aussi, en lisant ça, ça te fait bien marrer. Rien n’est hasard dans la vie.

Suite à cet évènement, je me suis donc pris la réalité en pleine face (et en plein dos) et cela m’a permis de faire le ménage à tous les niveaux. A mon retour à Lyon, le premier jour de pluie, quand j’ai réalisé que mes chaussures prenaient l’eau, je suis entrée dans le premier magasin de chaussures devant lequel je suis passée et suis tombée nez-à-nez avec la paire de chaussures que je cherchais depuis… des années. Pas qu’elle soit originale, bien au contraire, rien de plus basique, mais différents concours de circonstances ont fait que je n’ai jamais pu mettre la main dessus. Là, elles étaient soudain devant moi et je suis restée à les fixer un bon moment, avant que la vendeuse ne me demande si je voulais les essayer. Une fois de retour avec à la maison, j’ai remarqué sur la boîte qu’elles avaient un nom : Tiago. Jacques, en espagnol. Ayant parcouru durant de nombreuses années les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, j’ai souri en me disant que, peut-être, ce bon vieux Jacques avait mis sur ma route la paire de chaussures idéale pour que je puisse repartir du bon pied !

J’ai également fait l’acquisition d’une carte d’abonnement aux transports lyonnais. Cela faisait 8 ans que je n’avais pas pris de carte d’abonnement et pour tout te dire, c’était la première fois que j’en payais une depuis que je travaille. J’avais toujours été réticente à le faire, soit parce que je n’avais pas assez d’argent, soit parce que je ne voulais pas m’engager sur mes déplacements ou sur le fait que j’allais rester dans la ville où je me trouvais. Toujours sur le départ car je ne me sentais pas à ma place et craignais de perdre ma liberté, je m’installais même rarement dans mon propre appartement (meubles, décoration,…). Obtenir cette carte, c’était donc un symbole très fort pour moi, et m’a fait prendre conscience que loin de m’entraver, cela m’offrait au contraire plus de liberté et d’ancrage dans la réalité.

Ma manière de communiquer

Payer plusieurs centaines d’euros un téléphone m’a toujours rebuté et je n’ai jamais beaucoup aimé l’idée d’être joignable (dérangée) en permanence. Je prenais toujours de vieux modèles, frôlant avec l’obsolescence programmée, tombant parfois dedans et tentant tout de même de faire avec jusqu’au point de non-retour. Là, de me retrouver pendant 18 jours avec un très vieux téléphone après avoir perdu celui que j’avais, ça m’a vraiment saoulé. Je me suis dit merde, mais pourquoi je me galère comme ça ? Cette fois, je vais choisir un modèle récent avec un bon appareil photo, parce que j’aime capter des images en me promenant et que j’étais toujours frustrée de la qualité des précédents téléphones que j’avais depuis la revente de mon appareil photo. Il y a quelques minutes à peine, je viens de le recevoir et j’en suis très contente. C’est un iPhone 6 qui m’a coûté 339,99€. Je m’amuse de cette mystérieuse suite de chiffres : 6, 33, 999. Qui sait ce qu’ils cachent… 😉

Mon appartement

Ranger, nettoyer, faire des courses pour bien manger, décorer, recréer du lien avec ma merveilleuse coloc, passer du temps à s’écouter et se soutenir, faire des sorties et activités ensemble, que notre intérieur soit un lieu de repos et de paix où l’on puisse se nourrir, partager et se régénérer.

Mon rapport à l’argent

À mon retour de Lyon, en patientant à une caisse, j’ai regardé mon portefeuille. A vrai dire, je n’avais jamais pris le temps de le faire. Il était noir, usé, sale, petit, troué, rafistolé de partout avec du scotch et m’avait été légué par une ancienne coloc il y a quelques années, lorsque j’avais perdu le précédent. Je ne l’avais ni choisi, ni acheté. Il avait toujours été dans cet état depuis que je l’avais, mais comme je n’avais rien déboursé pour l’avoir, je m’en étais contentée jusque là. En regardant cette épave sombre, symbole matériel de mon abondance financière, j’ai réalisé que ce n’était plus possible de me trimballer avec ça. J’ai fait l’acquisition d’un nouveau portefeuille que je trouve très beau, qui a la place de tout contenir (y compris ma monnaie) sans déborder. A la seconde où je l’ai eu entre les mains après avoir jeté l’ancien, j’ai reçu un virement de noël familial en avance, pour me soutenir dans ces changements. Ting ting. Principe de la roue de la manifestation : se désencombrer de ce qui ne fonctionne plus, décider ce que l’on veut à présent, s’entourer de beau, de positif, agir de manière inspirée > recevoir. Affiner au besoin et recommencer au début de la roue.

Ma vie professionnelle

1) mes services
2) mon statut, comment je me présente

Ce point-là étant à lui tout seul un autre pavé, je vais te réserver ça pour un autre article, mais reste bien là, car cette partie va peut-être t’intéresser. On parlera d’identité et de stratégie de marque en accord avec qui l’on est, d’archétypes, de transformer ses peurs, de savoir raconter des histoires et de… sorcière 😉

Edit (ajout du lendemain)

Comme vous êtes plusieurs à me demander le sens de certains évènements de votre vie suite à la lecture, je vais préciser une ou deux choses.

1. Personne à part toi n’est capable de le trouver
2. Les messages de la vie ont le sens qu’on veut bien leur donner (il n’y a pas qu’une seule vérité ou façon de voir les choses)
3. Ne prend pas la vie trop au sérieux (si trouver un sens t’amuse et t’aide tant mieux, mais ne te prends pas la tête là-dessus, vivre est plus important que comprendre)

Nous sommes seuls responsables de la signification et de l’importance que les évènements ont à nos yeux. Même si quelqu’un d’autre leur donne un sens, tu demeures responsables de l’accepter ou non. En définitive, mieux vaut opter pour un sens ou une raison qui vous te font avancer. Laisse tomber le reste, c’est juste de la masturbation mentale.

*

Et toi, dans quel domaine de ta vie pourrais-tu faire des changements matériels et symboliques pour te rapprocher de ce que tu veux pour ta vie ? Quelles sont les relations, comportements, habitudes, choses qui ne fonctionnent plus sous leur forme actuelle et qu’il serait temps de transformer ou d’abandonner ? Dis-le moi dans les commentaires. Tu penses que cet article peut intéresser quelqu’un ? N’hésite pas à le lui partager 😉

9 comments

  • marie

    hello Lou… c’est Marie du Pays Basque !! toujours aussi captivant de lire tes articles… je les adore…. Tu avances et te poses… Tu sembles avoir trouvé ta voie et je suis hyper contente pour toi même si c’est parfois difficile de comprendre tous les messages de la vie. Je sais ce dont je parle. lol… Je t’embrasse fort ma jolie et te souhaite un bel esprit de Noel et de très joyeuses fêtes de fin d’année. Et félicitation à l’heureuse tata !!

    • Lou des Steppes (author)

      Les messages de la vie ont le sens qu’on veut bien leur donner. L’important c’est surtout qu’ils nous fassent avancer. 🙂 Je te souhaite aussi de belles fêtes de fin et début de nouvelle année, Marie !

  • Amélie

    Un sacré mois également par ici.
    Pas mal de changements, plutôt “invisibles”.
    La fin du mois à été l’occasion d’un changement particulièrement visible : mon bureau a changé d’emplacement dans mon salon, j’ai maintenant un bureau de “boss” qui trône littéralement, comme un évidence. Grâce auquel j’ai pu créer un petit coin lecture et méditation à son ancienne place, et sur lequel j’ai pu installer tout ce que j’aime : plantes, cadeaux, bougies, matériel de création. Une vraie évidence.
    Côté santé, toujours le même bazar et les migraines qui ne me quittent pas (je remercie tous les jours la vie d’avoir mis sur mon chemin une patronne aussi compréhensive)(mais je veux bien le contact de cette superbe soigneuse que tu as l’air d’avoir découverte – je laisse mon mail pour ça ^^ – car la naturopathe et la kiné que j’ai été voir, bien que très sympathiques et compétentes, ne m’ont pas aidé énormément à ce sujet). J’ai donc passé quelques journées à ne pas pouvoir sortir du lit ou supporter la lumière et le bruit (avec les travaux dehors, j’apprécie … arg !). Je suis aussi dans un cycle où j’ai besoin de beaucoup de repos, de temps pour ne rien faire, juste un livre et un thé, un bon plaid, une musique douce et une bougie. Du bon gros cocooning pour calmer le corps et l’esprit …
    Un peu d’investissement aussi, un rendez-vous chez le banquier, des choses mises en place pour le futur, tout doucement (il m’a permis de mettre en évidence une chose dont je me doutais déjà : j’ai une excellente gestion de l’argent. une bonne santé financière. je ne devrais pas avoir peur de manquer, même si je gagne peu, je gère bien. si seulement j’arrivais à comprendre ça dans ma petite tête, à me sentir en sécurité à ce niveau là … !)
    La mésaventure chez ton père me fait penser à mes propres désastres de mon intérieur … plusieurs mois que je me traine des toilettes qui se bouchent, puis que je parviens à déboucher (tellement glamour haha), et maintenant, le pompon : ils déversent leur contenu sur le sol plutôt que dans les canalisations … Je ne suis pas certaine d’y voir un sens (des choses à éliminer de ma vie, alors que je persiste à vouloir les garder ?!), mais c’est clairement un handicap (le seul avantage : me faire à nouveau constater le luxe qu’on ne voit plus tellement on y est habitué. les toilettes, le tout à l’égout, la chasse d’eau … la dernière fois que je constatais ce miracle, j’étais dans des latrines, entre 4 murs de moellons à nu, éclairée à la lampe de poche, au fin fond du Burkina Faso).
    Bref, pas d’énormes changements par ici, mais de petits bouleversements bienvenus, sur le chemin d’une évolution certaine ^^ Pas à pas, petit à petit ^^

    • Lou des Steppes (author)

      Ce coin méditation/création donne envie, je te souhaite qu’il te donne plein d’inspiration pour cette nouvelle année qui arrive ! 😉

      Pour l’argent, je ne sais pas si cela peut t’aider ou si tu le fais déjà mais pour ma part je note ce que j’ai tous les jours dans un carnet (sans ça j’ai une tendance naturelle à ne pas regarder mon compte), et à côté je précise si j’ai reçu quelque chose ce jour-là, qu’il s’agisse d’argent, de paiement en nature, de remboursement, de cadeau… Ca m’aide à passer de “j’ai pas assez” (stress, flou, incertitude, peur) à “j’ai déjà tout ça” (sentiment de sécurité et d’abondance).

      Concernant les toilettes, et tout ce qui se rattache à l’eau dans la maison, c’est généralement relié à des perturbations sur le plan émotionnel et/ou affectif. Des choses qu’on ne laisse pas sortir ou entrer (ça bouche), que l’on exprime/digère pas et que l’on garde en nous jusqu’à ce que ça déborde. Concernant les toilettes, c’est d’autant plus lié à l’évacuation/trop-plein émotionnel. Après si cela fait plusieurs mois que c’est comme ça, ça peut être plus compliqué d’identifier d’où ça vient. Mais dans tous les cas, que l’on fasse le lien ou pas, le problème a avant tout besoin d’être réglé sur le plan physique/matériel. Faire le lien sur d’autres plans peut aider à être vigilant pour ne pas reproduire la même situation, mais au final, ça revient à être simplement attentif à s’écouter. Prendre soin de son intérieur sous toutes ses formes, qu’il s’agisse de soi ou de sa maison. Enfin, comme je l’ai écrit plus haut dans un autre commentaire, les messages de la vie ont le sens qu’on veut bien leur donner. Moi cela me permet d’avancer de créer ces liens-là, mais il est probable que chacun en verra des différents.

      Je t’envoie par email le contact de la nana, mais je ne sais pas si elle traite les migraines oO

  • Fanny B

    Hello Lou.

    je te lis avec beaucoup de plaisir et constate que pour toi aussi novembre a été remuant et troublant 😉 mais que de changements et de prise de conscience. ça me donne envie de réussir à faire le même bilan de mon côté. ta grande lumière brille à nouveau fort ❤️✨🙏🏻

    • Lou des Steppes (author)

      Je constate que nous sommes beaucoup pour qui ça a été troublant et intense, en particulier après la nouvelle lune du 18 novembre. Gros nettoyage d’automne, qu’on souhaite l’accompagner ou non. 😉

  • Simone Plessis

    Bonjour,
    Moi aussi novembre m’a bien remuée, dos bloqué également à 15 jours de la retraite ! alors oui je veux le nom de ton ostéopathe médium.
    Merci pour tous tes articles.

    • Lou des Steppes (author)

      Mail envoyé avec le contact Simone !
      En te souhaitant un bon rétablissement pour profiter de ta retraite comme il se doit 😉

  • Carole

    Bonjour Lou,
    Merci pour cet article, toujours plein d’humanité.
    J’ai lu ton article hier soir et ce matin, je n’ai pu m’empêcher de penser à toi car à peine 3 minutes après être sortie de mon parking, j’ai failli me faire rentrer dedans à 3 reprises ! Un coup à gauche, un coup à droite, un coup devant. ouf ! je n’ai que failli…J’ai vraiment eu chaud, et à chaque fois, il y avait un témoin qui faisait des yeux ahuris en voyant la scène…pour l’instant, je n’ai pas trouvé de sens à cela, ou plutôt, j’en ai plusieurs, mais ils ne me parlent pas vraiment…
    Au plaisir de te lire
    Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.