Les énergies féminines et leur cycle

J’avais prévu de travailler sur mon prochain programme en ligne « Apprendre à dire non », mais cet article demandait à sortir avant. Tu sais comment c’est, tu as envie de faire une chose et c’est à cet instant-là que l’inspiration frappe à la porte pour te proposer une idée cool. Mais j’essaie de faire un truc sérieux, là, t’exclames-tu. Tu finis par céder : tant qu’elle est là, ce n’est pas la peine d’espérer faire autre chose. Et puis, pour être honnête, là tout de suite, elle te fait plus envie que ton projet.

Alors de quoi vais-je te parler cette fois ? Les énergies féminines et leur cycle, c’est quoi ? À tous les coups, elle va nous parler de règles, de cup et de mauvaise humeur. Et bien non. J’aimerais parler du cycle féminin dans son intégralité, de ce qui se passe en terme d’énergie tout au long du mois et de comment est-ce que cela influence nos émotions et nos actions. Parce que si la période des règles est celle où l’on sent une plus grosse différence (et je vais t’expliquer pourquoi), les périodes qui la précèdent et la suivent ont aussi leur rôle à jouer.

Pourquoi j’ai choisi de te parler de ça ?

Parce que depuis que j’ai cessé de prendre la pilule, il y a bientôt deux ans maintenant, ma sensibilité à ces énergies s’est considérablement accrue, au point que je ne puisse plus les ignorer. Et si cela m’a perturbé (voire gêné) au début, j’ai fini par comprendre leur sens et comment les utiliser à mon avantage.

Avant cela, on ne peut pas dire que j’étais du genre à m’en soucier. De fait, après de longues années à souffrir de mes règles, j’avais fini par me décider (en 2012), pour une pilule qui les coupait. Purement et simplement. J’étais du genre à me dire « c’est bon, je suis pas née pour en baver toute ma vie, j’ai des trucs à faire et les règles me ralentissent, m’affaiblissent, alors je vais les virer. De toute façon elles sont déclenchées artificiellement par le fait de prendre la pilule ; ça n’a déjà rien de naturel, alors autant ne pas faire les choses à moitié. »

Je n’ai pas souffert de quoi que ce soit en particulier durant cette période, mais un jour, sans prévenir et sans raison, mes règles ont réapparues. Malgré la pilule. J’aurais pu totalement ignorer ce fait et continuer sur ma lancée, mais j’ai décidé d’arrêter la pilule. Pour voir, juste comme ça. Après tout, je n’avais pas grand chose à perdre. En plus, ayant une légère phobie de m’étouffer avec les médicaments, je n’ai jamais été très à l’aise avec le fait d’en prendre quotidiennement.

Le fait d’arrêter m’a permis de constater une première chose : mes règles n’avaient plus rien à voir avec ce qu’elles étaient des années avant. Là où elles duraient dix jours et étaient abondantes, elles n’en duraient plus que quatre et étaient devenues parfaitement gérables. Là où je souffrais le martyre pliée en deux pendant quatre à cinq jours avec l’énergie d’un blobfish, je n’éprouvais plus qu’une baisse d’énergie et quelques douleurs durant la première journée. Qu’est-ce qui a changé ? Beaucoup de choses : mon rythme de vie, mon travail, mon environnement, mon alimentation, ma santé, ma vision de la féminité… Mais ce n’est pas de ça dont je souhaite te parler ici.

Les schémas qui se répètent mensuellement

A cette époque, j’écrivais quotidiennement (c’est toujours le cas aujourd’hui). Je consignais mes pensées, humeurs, émotions, états physiques, énergétiques, mes interactions avec les autres, tout. Et subtilement, j’ai commencé à prendre conscience de certains schémas qui se répétaient mensuellement. Évidemment, j’ai remarqué les plus désagréables en premier. Mais une fois le lien fait avec les règles (et la lune – hey oui, les femmes sont constituées de 15% d’eau en plus que les hommes et vu son impact sur les marées, ça fait une différence de sensibilité), ça a été plus facile de remarquer les autres, de faire plus attention à ce qui se passait dans mon corps, de l’écouter en suivant son niveau d’énergie et les émotions qui me traversaient.

J’ai fini par déceler quatre périodes vraiment différentes et c’est à peu près au même moment que j’ai entendu parler du livre de Miranda Gray Lune Rouge sur un article web. Elle y parle de quatre phases propres au cycle menstruel et des transformations que cela produit chez la femme. Elle les associe à des archétypes en rapport avec ses comportements : la Vierge, la Mère, l’Enchanteresse et la Sorcière. Chaque semaine durant son cycle de 28 jours, la femme prend un visage différent qui module son intuition, son énergie physique, sa patience, son ouverture aux autres, sa capacité d’introspection, son alimentation et sa libido.

Je n’ai pas encore lu ce livre, je me le réserve pour plus tard. Mais son analyse a résonné comme une évidence pour moi et j’aimerais partager avec toi mes observations personnelles sur ces quatre phases. Pour ce faire, plutôt que d’utiliser les noms choisis par Miranda, je vais opter pour une analogie avec les saisons et les âges (ça me parle plus) et développer particulièrement les aspects de l’automne et de l’hiver, parce que je pense que ce sont les plus difficiles à gérer/appréhender.

Période du Printemps (active)

La jeune fille

Phase du cycle : préovulatoire

Dominantes énergétiques : aspect actif de notre nature. Période de force physique, confiance, énergie dynamique et tournée vers l’inspiration, comme celles de la jeune fille.

Expérience : je suis pleine de vie, j’ai envie de danser, m’amuser, charmer, tout m’excite et m’intéresse. J’ai des tas d’idées et l’énergie disponible pour organiser mes projets. Je suis plutôt centrée sur moi, sur ce que je veux faire, manifester et comme je rayonne de joie et de légèreté, j’attire et reçois facilement de l’aide, des ressources et de l’inspiration de la part des autres.

Période de l’Été (active)

La femme/La mère

Phase cycle : ovulatoire

Dominantes énergétiques : nourrir, entretenir la vie et donner le pouvoir aux autres, comme pendant la maternité.

Expérience : j’ai encore plein de vitalité, mais cette fois mon énergie d’action se porte vers l’extérieur. Je suis moins dans la création que dans le partage. J’ai beaucoup de facilité à communiquer, être patiente et à l’écoute des autres (empathie). Ma présence est plus calme, posée que lors du printemps. J’aime profiter du soleil, cuisiner un bon repas, développer la qualité de mes interactions. C’est à cette période (toujours) que les gens me contactent pour me demander des conseils. C’est aussi le moment où j’ai le plus de confiance et de capacité de persuasion, j’en profite donc pour parler de mes idées, projets et les enrichir de mes échanges avec les autres.

Période de l’Automne (réceptive)

La femme mûre

Phase cycle : Prémenstruelle

Dominantes énergétiques : les énergies créatrices qui auraient aidé à porter un enfant, doivent être redirigées ailleurs. Elles sont libérées pour s’exprimer sous une autre forme aux yeux du monde, attention forte accumulation d’énergie qui doit sortir !

Expérience : j’ai moins de vitalité et éprouve le besoin de manger souvent des aliments consistants (féculents, protéines,..). Je ne suis plus dans une énergie d’ouverture, je passe en mode introspection. Je fais le point. Je prends doucement mes distances avec les autres que je vois moins souvent pour me recentrer. Je communique davantage mes limites, ce dont j’ai envie et pas envie, car ma tolérance et ma patience ont diminué. J’observe ce qu’il se passe en moi et chez les autres, les micro-détails, les connexions invisibles qui se créent, ce qui est aligné et ce qui ne l’est pas, les prises de consciences subtiles qui surgissent. Mes seins sont particulièrement lourds et sensibles (limite douloureux), comme deux antennes qui se chargent. Si je n’écris pas ou ne créé pas quelque chose de ces réflexions, c’est vraiment une période où je vais me sentir étouffée, frustrée, incapable.

En particulier trois jours avant l’arrivée de mes règles, où des peurs et croyances limitantes que j’entretiens (et les souvenirs qui leur sont liés) remontent à la surface. Ce sont des peurs que je suis prête à laisser tomber, comme un fruit mûr. Néanmoins, pour parvenir à cela, je dois me rendre disponible à cette énergie introspective, accepter qu’elle creuse dans mon obscurité et déterre des choses, sans chercher à la fuir ou à la contrôler. Si je laisse venir les images, les souvenirs, c’est comme regarder un film passer : le processus se fait de lui-même et la peur apparaît finalement pour ce qu’elle est : une histoire que je me suis racontée, une illusion qui n’a plus de prise sur moi. Si je résiste lors du processus, c’est douloureux, je finirai par ressentir de la colère envers moi-même ou quelqu’un et la peur sera toujours là. Pour résumer, afin de passer cette période agréablement, il m’est important de poser mes limites, créer et lâcher prise, laisser venir. Alors de belles prises de conscience se produisent. Sinon c’est la destruction, la colère et la frustration qui priment.

Période de l’Hiver (réceptive)

La vieille femme/La grand-mère

Phase cycle : Menstruelle – les règles

Dominantes énergétiques : complètement tournées vers l’intérieur, plus de fatigue physique.

Expérience : temps de repos. Il me faut beaucoup de sommeil. Toute l’énergie de vie dépensée dans la réalisation de mes projets, la présence aux autres et le travail intérieur demande à présent à retomber. Dans tout processus de vie vient l’heure de la mort, la nuit, la nouvelle lune. C’est donc le moment de nettoyer, purifier, faire de la place. Période où j’ai envie de couper mes cheveux, prendre soin de moi et ne voir PERSONNE (clairement là, toute interaction imposée ou non prévue sera ressentie comme une agression).

Côté l’alimentation, en fonction de l’humeur et de l’énergie, soit je mange léger, frais et cru (beaucoup de fruits et légumes en fait, ça allège la sensation de lourdeur, d’ancrage très fort au sol et sollicite peu d’énergie pour la digestion), soit j’ai envie de chocolat/gâteaux (réconfort pour palier à l’épuisement et la frustration, mais peu utile au corps) et de poisson (en particulier le saumon). J’essaie dans la mesure du possible d’anticiper cette période pour avoir à disposition des choses faciles et rapides à cuisiner, car mon niveau d’énergie physique est très bas (surtout le premier jour en fait, ensuite ça va). Je bois beaucoup d’eau.

Période d’ermitage ou je ne fais pas grand chose d’autre à part dormir, me laver et manger. Il ne faut vraiment pas me demander quoi que ce soit, de toute façon je disparais au moins 24h (voire 48) de la surface de la terre : je ne réponds ni au téléphone, ni aux mails ni aux réseaux sociaux. Sauf cas de réel urgence. J’ai besoin de calme, le moindre bruit extérieur me dérange et m’irrite. Je n’aime pas qu’on me touche ou qu’on soit trop près de moi. J’ai besoin d’espace. Si je suis en colocation ou amenée à voir des personnes en étant dans cet état-là, je préfère les prévenir de mon humeur asociale (ça suffit généralement à désamorcer tout problème).

Super… c’est quoi l’intérêt de cette phase ?

J’y viens. Ces changements brutaux, je les explique par deux choses : le manque de force et une ultra-sensibilité émotionnelle/physique. Parce que je ressens tout changement intérieur de manière décuplée (et je suis déjà très sensible de base), ma zone de tolérance se réduit considérablement. C’est frustrant, parce que j’ai l’impression de me transformer en ours mal léché qu’on dérange en pleine hibernation, mais si je n’accepte pas cela et ne le communique pas à mon entourage, c’est la crise assurée.

Cet espace de solitude, j’en ai besoin pour m’écouter. Ce n’est pas vraiment un choix car c’est mon corps qui me l’impose, mais tant mieux, ainsi cela m’incite-t-il à me poser régulièrement. Quand je parviens à être seule et entièrement disponible à mon ressenti durant cette période, mes rêves, ma vision et mon intuition se déploient incroyablement. J’ai le sentiment d’ouvrir un accès à quelque chose de plus grand que moi. Les choses deviennent claires, limpides, je démêle ce qui me semblait avant trop complexe, ambigu.

Une fois les premiers jours passés, l’énergie physique revient doucement et même si je n’ai toujours pas envie de voir du monde, je redeviens plus active. Je m’attelle généralement à trier, ranger et nettoyer mon bureau et mon appartement. En faisant cela, je m’occupe de mon intérieur sous toutes ses formes. Je vire ce qui n’a plus de raison d’être là afin de faire de la place et d’y voir plus clair. Je décide de la nouvelle orientation à prendre pour le mois, s’il y a des ajustements à faire et je me tiens prête pour l’arrivée du Printemps, où je sais que j’aurai un boost d’énergie après ce nettoyage physique et psychique.

Voilà ! Si j’ai partagé ce témoignage intime avec toi, c’est parce que je sais que d’autres femmes ressentent ces phases aussi, même si chacune y réagit différemment. Et parce qu’on en parle très peu à mon sens, or je trouve que c’est là un outil d’évolution personnelle très puissant, sur lequel on peut s’appuyer pour mieux se comprendre et s’écouter.

Si tu es un homme, j’espère que cet article t’aura aidé à saisir un peu mieux les humeurs changeantes des femmes et si tu es une femme, j’aurais plaisir à recevoir un témoignage de ton propre ressenti sur ces phases dans les commentaires. Si tu les découvres tout juste, je t’invite vivement à tenir un journal régulier, comme je l’ai fait, pour y être plus réceptive.

Tu penses que cet article peut intéresser quelqu’un ? N’hésite pas à le lui partager 😉

8 comments

  • Fanny

    Chère Lou : Bravo et un grand merci pour ce très bel article. Je suis époustouflée que tu ais réussi seule à te rendre compte de tout cela. Cela montre un très haut niveau de connexion avec ton corps et ton esprit et vraiment chapeau ! Je réagis très vivement à ce très bel article car je suis moi même en train de finir le livre Lune Rouge après avoir dévoré le livre : le femme optimale du même auteur. Et pour moi c’est une révélation !!! J’avais déjà l’intuition de pas mal de chose, et mon vocabulaire en était révélateur : “je suis qqun de cyclique, je ne dors jamais à la pleine lune, j’ai besoin de disparaître et de faire mon “ours dans une caverne” une fois par mois”. Bref tout ça pour dire que je découvre encore plus de choses grâce aux livres de Miranda Gray. Dans La femme optimale elle explique vraiment comment “coacher” sa vie en fonction de son cycle et surfer sur la vague de cette énergie à bon escient. Cela me permet d’accepter les moments où je suis moins productive sans culpabiliser tout en sachant que dans deux semaines je serai à fond. Vraiment je vous recommande cette lecture c’est révélateur et votre vie peut changer les filles !!! Bref Lou si tu as envie de travailler sur tout ça d’une quelconque manière je serai très heureuse de te rejoindre. Je pense que ce savoir devrait être enseigné à toutes les filles car c’est une puissance extraordinaire pour faire de nos vies de grands rêves et ne plus vivre dans la “honte” d’un corps de femme qui ne fonctionnerait pas correctement quelques jours par mois. Rien que d’imaginer que nos sociétés patriarcales en sont encore là ça me fout en rogne 😡. Girl power les filles ! Et pour toutes celles qui sont passionnées de livres sur le développement personnel au féminin allez y les yeux fermés 🤗 Faut qu’on se fasse un club lecture les girls 📚🤓

    • Lou des Steppes (author)

      Oh Fanny ! Ton message me touche beaucoup ! Et quelle synchronicité que j’en parle alors que tu as fini de lire Lune rouge ahaha j’adore !

      Je ne sais pas si je me suis rendue compte seule de tout ça, c’est aussi à force d’échanges avec mon entourage, et SURTOUT depuis que je pose mes limites immédiatement (communiquer sur ce que je peux supporter dans l’instant) plutôt que d’endurer en espérant être comprise. Ca m’a beaucoup détendue et j’ai pu ensuite m’autoriser à aller plus loin, explorer où m’emmenaient mes sensations.

      Je ne sais pas encore quoi faire de cette compréhension (j’ai l’impression de n’en n’être qu’aux prémisses), d’autant qu’il y a déjà un livre là-dessus, mais si tu as des idées ou souhaite en parler, je suis toute ouïe, car je crois aussi que chaque femme devrait savoir ça ! J’ai eu l’impression de tomber sur un véritable trésor qu’on nous avait bien planqué et faisant tout pour nous en éloigner.

  • Lyschan

    Quel joli article ! (Et sujet !) Je me retrouve également dedans, mais ma réflexion est moins poussée que la tienne. Même si je suis sous Nuvaring donc des règles artificielles, j’ai remarqué par exemple que j’avais plus tendance à manger sucré une semaine avant mes règles… et que j’étais également sensible à la pleine lune. Il y a aussi des périodes où j’ai besoin de plus ou de moins dormir mais je n’ai pas vraiment fait attention à quelle période ça survenait… Je vais essayer de trouver le livre dont tu parles et que tu n’as pas encore lu, je pense qu’il peut être très intéressant ! Je vais essayer de voir si j’arrive à faire un tracking pendant 2/3 mois, parce que ça m’intrigue tout ça !

    • Lou des Steppes (author)

      Top Lyschan ! N’hésite pas à me faire tes retours sur ce tracking (ou même à écrire un article dessus à ton tour !), je suis curieuse de voir ce que ça donne chez une femme sous pilule.

      Et oui, la lune (surtout quand elle est pleine) influe beaucoup sur les femmes et les artistes. Elle est liée à l’inconscient, aux rêves, aux ténèbres, à ce qui est caché, à l’imagination, l’intuition et la sensibilité. Pas étonnant qu’elle nous empêche parfois de dormir ou nous rende émotionnellement plus fragile 😉

      Dans beaucoup de traditions différentes (chinoise, celte, amérindienne,…) la femme est associée à l’énergie de la lune (réceptive) et l’homme à celle du soleil (active). Le Yin et le Yang. Mais bien entendu, nous disposons de ces deux énergies en chacun de nous et elles évoluent au fil des périodes de la vie. C’est juste qu’en fonction de notre sexe, nous sommes naturellement plus sensibles à l’une des deux.

  • Sophie

    Magnifique ! Bravo ! Merci ! On dirait tout moi 🙂 bon au niveau de l'”histoire de vie avec ses Lunes” seulement, car moi j’ai eu la flemme de tout analyser aussi précisément 😉 après l’arrêt de la pilule.

    Il y a un beau sujet aussi sur le lien entre acceptation de la féminité et règles “difficiles” 😉

    • Lou des Steppes (author)

      Oh que oui ! Mes règles avant et après cette acceptation de ma féminité n’ont juste plus rien à voir. Je les vis bien mieux aujourd’hui. Reconnaître qu’il s’agit d’un précieux cadeau, comme me l’avait dit un homme, plutôt que d’un fardeau, a été la première étape de cette transformation. 🙂

  • Izabel

    Merci Lou

    Je viens de te découvrir au travers de la vidéo que tu as faite avec Lyvia et Fanny.
    Je suis en pleine période de l’une, le 1er jour ayant coïncider avec la Nouvelle Lune. Depuis quelques mois déjà, je m’intéresse à son cycle et son implication auprès quotidien dans ma vie, mes projets, mes décisions et mes ressentis. Alors merci beaucoup à toi pour toutes ces précisions. Miranda Gray, tout comme Monique Grande,qui a édité un tirage d’oracle qui s’appelle Féminitude, emploient les mêmes termes pour ces 4 phases et cela me permet de mieux les saisir maintenant.
    Et pour la petite histoire, j’ai regardé votre vidéo et lu ton article aujourd’hui alors que je m’en voulais de vouloir reprendre en main mon corps, de poser des affirmations dans ce sens et de ne pas poser des actes concrets de suite. Or je comprends maintenant que j’ai besoin et donc droit pleinement de vivre cette phase de retraite, qu’elle m’aide ainsi à poser mes intentions, à profiter de ce temps d’ermitage pour mieux repartir la semaine prochaine quant le printemps reviendra. Merci car je déculpabilise et ça fait juste un bien fou.🙏

    • Lou des Steppes (author)

      Ravie que la connaissance de ton cycle t’aide à prendre le temps de profiter de ce que chaque phase a à t’offrir, sans vouloir précipiter les choses et parvenir instantanément au résultat. Nous sommes à une ère où il est difficile d’accueillir la phase de lune, car il s’agit d’être, de non-agir. C’est à nous les femmes de communiquer davantage sur cette phase pour que ce temps de repos soit propice à un véritable lâcher prise et une renaissance. Que l’on réapprenne ce que le silence et le retrait en soi peuvent nous apporter. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.