Tomber sur des tombes.

Des tombes escaliers qu’il faut emprunter pour grimper à une chapelle… et les monstres, ah ! Les monstres du plafond, prêts à te dévorer tout entier si tu oses lever la tête… au détour d’un couloir, des graffitis marins, ex-votos du pauvre, sont gravés dans la pierre… et puis il y a cet escalier, discret, qui se transforme en marches de lumière… l’Abbaye de Montmajour chuchote encore, je vous assure. Au milieu des oliviers, le vent passe entre ses pierres.

Ces créatures de l’invisible sont grandioses ! Sur chaque chapiteau du cloitre de l’abbaye se déploie un vrai bestiaire moyenâgeux, du plus réel au merveilleux !

Et j’avais pas du tout prévu de la visiter, j’en avais même jamais entendu parler avant, mais il se trouve que je suis passée devant PILE au moment où elle ouvrait aux visiteurs. Avec la canicule qui approchait d’heure en heure, j’étais pas sensée « perdre » 2h la bas dès 10h du mat, mais j’ai pas regretté une seconde. En plus j’ai trouvé le Cantique des Cantiques (commenté par Leloup 😛 ) à la librairie, que je voulais relire, ça me nourrit profondément en dedans. Et comme demain je ne vais pas marcher…! ❤️